Mais au fond, ça sert à quoi de dormir ?

L’homme passe près d’un tiers de sa vie à dormir, c’est beaucoup… Le sommeil est une fonction biologique essentielle : nous ne pouvons pas vivre sans dormir, c’est un fait. 

Si le sommeil est indispensable à l’être humain, la science ne sait pourtant pas de façon claire à quoi il sert. Plusieurs explications sont communément acceptées :

  1. Un réparateur physique : 

Des chercheurs ont mis en évidence que la sécrétion de l’hormone de croissance n’a lieu que pendant certaines phases du sommeil, le sommeil lent profond. Si l’on supprime ces périodes, l’hormone n’est tout simplement pas sécrétée.

Cette hormone est très importante chez l’enfant puisqu’elle permet le développement du squelette et des muscles ainsi que la multiplication des cellules de l’organisme.

Le schéma est le même chez les adultes qui ont aussi besoin de cette hormone pour régénérer leurs muscles et renouveler leurs cellules. 

A l’inverse, une sécrétion insuffisante d’hormones de croissance peut entraîner d’importants problèmes de développement chez les enfants, tandis que les adultes peuvent souffrir de fatigue, de peau sèche, d’anxiété et d’une réduction de la force musculaire. 

« L’architecte de notre mémoire »

Le sommeil joue un rôle essentiel pour notre mémoire. Pour les chercheurs de l’Université de Liège, le sommeil est même “l’architecte de notre mémoire”. A travers plusieurs études, ils ont mis en évidence le fait que c’est pendant la nuit que notre cerveau consolide nos souvenirs de la journée. Que ce soit les apprentissages acquis ou les émotions. En clair, le cerveau profite du sommeil pour réorganiser notre mémoire et faire le tri entre ce que l’on doit retenir et ce qui peut être oublié. 

3. Garder la ligne !

Dormir aide aussi… à garder la ligne ! Aussi bizarre que cela puisse paraître, puisqu’on ne brûle quasi pas de calories en dormant, plusieurs études, notamment aux États-Unis, ont mis en avant le lien entre obésité et manque de sommeil. Une affaire d’hormones : quand on ne dort pas assez, la régulation hormonale est moins bonne et le sentiment de satiété moins bien géré par le corps. 

En effet, les hormones de la faim (ghréline) et de la satiété (leptine) sont influencées par le sommeil.

Lorsque nous ne dormons pas assez, nos niveaux de leptine sont faibles, ce qui fait que nous avons plus faim, que nous mangeons davantage et, dans de nombreux cas, que nous prenons du poids.

4. Le sommeil nous permet d’être en bonne santé !

Faire de bonnes nuits prévient également de différentes maladies, comme le diabète, l’hypertension ou encore la dépression.

Des études ont montré que les enfants en carence de sommeil sont aussi plus susceptibles de tomber malade. Le sommeil diminue donc le risque d’infections et stimule son système immunitaire. 

5. Réguler notre humeur et celles de nos enfants

Le sommeil est également un outil important de gestion du stress et le fait de dormir trop peu risque en fait d’augmenter notre niveau de cortisol, et donc de stress.

Un taux de cortisol déréglé peut entraîner les symptômes suivants : esprit embrouillé, fatigue, sommeil interrompu ou épisodes d’insomnie, nervosité, anxiété, dépression et risques de d’hypertension ou encore de diabète.

Un haut taux de cortisol chez l’enfant peut également entrainer des dysfonctionnements importants :

  • Des troubles du caractère (impatience, énervement, susceptibilité, hyperactivité, etc.)
  • Une somnolence dans la journée
  • Des difficultés d’apprentissage à l’école (souci d’attention, de concentration, etc.)

Aussi vital que l’alimentation, le sommeil doit être préservé, chez l’adulte et encore plus chez l’enfant.

Share:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn
On Key

Related Posts

De l’importance du rituel du coucher

De manière générale, les enfants gèrent difficilement les transitions et les changements. Le coucher du soir étant LA plus grande transition de la journée pour