fbpx

Le cododo, et si on en parlait ?

LE sujet qui fâche et qui fait débat entre les parents et la communauté scientifique.
Et si on essayait d’y voir plus clair ? 

Le partage de chambre et le partage de lit sont deux pratiques bien distinctes, mais on les regroupe souvent sous l’appellation cododo. Mais quelles en sont les différences fondamentales ? 

Dans le cas du partage de chambre, bébé et ses parents dorment dans la même pièce, mais pas dans le même lit : 

  • L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ainsi que la Société canadienne de Pédiatrie (SCP) préconisent de faire dormir bébé jusqu’au moins l’âge de 6 mois (et idéalement un an) dans la chambre de ses parents (mais dans des lits séparés). Une précaution qui réduirait les risques de Mort Subite du Nourrisson de 50%. 

Dans le cas du cododo ou « partage de lit », un parent, ou les deux, dorment avec leur bébé dans le même lit. 

Souvent, dans nos sociétés occidentales, le cododo est très mal vu. Cependant dans de très nombreux pays du monde, le cododo est d’usage depuis des milliers d’années. 

La SCP déconseille le partage du lit en raison des risques de décès de nourrissons qui surviennent chaque année pendant qu’ils dorment avec leurs parents. 

L’OMS précise toutefois que si l’on respecte bien les règles de sécurité, le cododo véritable peut avoir des avantages tels que faciliter l’allaitement, favoriser le sommeil des parents , une meilleure réactivité chez la maman (les mères qui partagent le lit de leur enfant vérifient plus souvent son état et répondent donc plus rapidement à ses signaux).

Et puis, il y a ce que j’appelle le « cododo de survie ». Le cododo en mode « Parfois je te prends dans notre lit – mais seulement après 4h du matin, quand je suis épuisée et que je n’ai plus la force de te rendormir autrement. » Et c’est quand même 60% des parents qui le mettent en pratique, souvent en désespoir de cause… 

Quoi qu’il en soit et quel que soit le type de cododo que vous choisissez ou pratiquez, mon rôle en tant que coach du sommeil de l’enfant est que vous vous sentiez en accord avec votre choix. 

Que vous souhaitiez continuer à pratiquer le cododo en toute sécurité tout en améliorant votre qualité de sommeil, sachez que c’est possible.

Que vous vous trouviez dans une situation qui ne fonctionne pas/plus pour votre famille… si le « cododo » ressemble plus à du « cododo subi », nous pouvons aussi trouver ensemble des solutions douces et progressives pour que chacun retrouve son propre environnement de sommeil de la manière la plus bienveillante possible.   

Et chez vous, ça se passe comment ? 

Contactez-moi, je me ferai un plaisir de vous accompagner !

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn